Les distances sont calculées par rapport à l'Office de Tourisme à Péronne.

Si vous cliquez sur localisez-moi en haut à droite, elles seront calculées par rapport à votre position.

Le Chemin des Automitrailleuses - Départ de la commune de Curlu

ajouter à mon carnet de voyage

Distance Point de départ:

> Itinéraire vers le point de départ

3h20, facile, 9.934 km(s)

Cliquez sur un point d'intérêt sur la carte ou la liste ci-dessous

1. Votre parcours débute à la mairie de Curlu, très beau village encaissé dans la vallée. Du totem, prendre à gauche, puis à droite la rue de la Place. Tourner à gauche  rue de la Vigne. Continuer jusqu’à la sortie du village au n°38.


2. Prendre le petit chemin sur la droite avec vue sur les étangs. Longer un petit bois sur la gauche puis la plaine avant d’arriver à un cimetière britannique puis à une ferme. Admirer le pigeonnier.


3. Prendre à droite la rue des Auges puis à gauche. Traverser le village. Longer les étangs.


4. Aller jusqu’à Monacu. Au cédez-le-passage, prendre à droite. Entrer dans Feuillères, longer les marais, passer deux ponts fixes puis un pont mobile. C’est à Monacu, le 30 juillet 1916, que pour la première fois lors de la bataille de la Somme des automitrailleuses (ou autocanons) ont été utilisées pour libérer la commune. Elles étaient montées sur des châssis Renault ou Peugeot.


5.Tourner tout de suite à droite. Emprunter le chemin de halage herbeux. Le parcourir pour arriver à Frise.


6. Arrivé à Frise, passer le pont sur la Somme. Remonter le village avant de pénétrer la plaine et le fond de l’Ile puis longer l’étang de Fargny. Passer les deux


passerelles sur l’étang de Fargny, et les deux ponts en briques.


7.Aller tout droit puis tourner à droite. Traverser Fargny puis dirigez vous tout droit vers Curlu, parcourir la rue du Four puis remonter par la gauche vers votre point d’arrivée. Sur les hauteurs de Fargny, se trouve le lieu dit “le Chapeau du Gendarme”. De là, la vue sur la vallée de la Somme est magique.


 

Commentaire(s)

note : aucune

Soumettre un commentaire

votre pseudo*

votre email*

titre de votre commentaire*

votre commentaire*

note*

Combien font 4 + 6 ?*

Points d'intérêts du Parcours

  • 1. Etang de Robécourt à Péronne

    A Péronne, l'étang de Robécourt est le point de rencontre des pêcheurs mais surtout de la Cologne et de la Somme. La légende prétend que Louis XIV s'y soit baigné en face du Moulin Damay.

  • 2. Hôtel de Ville de Péronne

    L'Hôtel de Ville subit de lourds dégâts lors du siège de 1536 et fut reconstruit sur commande de François 1er, grâce à un crédit royal ; c'est pourquoi, on observe, au-dessus du corps de garde, des salamandres, animal choisi comme emblème royal par François 1er.

    Ce bâtiment englobe l'ancien Hôtel de Ville (Façade Louis XVI, rue Saint-Sauveur) et l'ancien bailliage (bâtiment sur la place Louis Daudré). L'Hôtel de ville abrite aujourd'hui les locaux de la mairie, de la bibliothèque municipale et le Musée Alfred Danicourt.

    Sur la place Louis Daudré, le bâtiment du bailliage est orné de trois arcades : A l'intérieur du fronton triangulaire, on retrouve Cérès, la déesse de l'agriculture. Ellle est entourée de croix de guerre : la croix de la Légion d'honneur remise pour sa défense en 1870 et la croix de guerre avec palme pour la bravoure pendant la Guerre de 1914-1918. Curieusement, ces décorations sont apposées à l'inverse de l'ordre chronologique et protocolaire.

    Sur la rue Saint-Sauveur, la façade Louis XVI : Louis XVI a participé à la rénovation du bâtiment en 1783 ; cette façade est la seule partie qui ait échappé aux destructions de la Grande Guerre.

  • 3. L'Eglise Saint Jean Baptiste à Péronne

  • 4. L'Historial de la Grande Guerre

  • 5. La porte de Bretagne

    Construite au début du XVIIème siècle, la Porte de Bretagne comprend deux pavillons rectangulaires, indépendants l'un de l'autre et laissant entre eux un espace ouvert.

    Sur le pavillon extérieur, on remarque les armoiries de Péronne sculptées dans la pierre : le "P" couronné, entouré des 3 fleurs de lys, confirmé par François 1er après le siège de 1536, et la devise "URBS NESCIA VINCI" signifiant "Ville jamais vaincue". Sur le pavillon extérieur, face à la ville, outre la date de construction, un petit réduit abritait autrefois une statue de la vierge.

    Le pont-levis permettait en cas de siège d'isoler la ville complètement. Ce système pourrait encore aujourd'hui être facilement remis en service.

    Endommagée durant la Première Guerre Mondiale, la Porte de Bretagne a été restaurée et classée monument historique dès 1925. Elle se présente aujourd'hui telle qu'elle était à l'époque d'Henri IV.

  • 6. Le Fort Caraby à Péronne

    Il fait partie d'un complexe de fortifications datant des XVIIIème et XIXème siècles. Ces murs constituaient les remparts d'un bastion avancé. En continuant jusqu'au bord de l'étang, vous apercevrez les vestiges du fort, légèrement enfoncés dans les eaux calmes de la Somme. Le fort tire son nom des ingénieurs Caraby, père et fils, ayant participé à l'aménagement des fortifications.

  • 7. Les Hardines

    La nature en Haute-Somme c'est aussi un héritage du labeur de nos ancêtres. Découvrez les "hardines" !! c'est le nom donné aux jardins de la ville qui, autrefois, servaient à la production maraîchère. A Péronne, la principale production était le navet de "Montesson", appelé également navet de Péronne. Ces hardines rappellent les hortillonages d'Amiens. Observer l'ensemble de ces parcelles découpées par des canaux régulièrement entretenus, ce qui en facilite l'irrigation.

  • 8. Monument aux morts de Péronne

    Inauguré en 1926, il est l'oeuvre du sculpteur Paul Auban. Il représente une femme à genoux, le bras tendu vers l'horizon, pleurant sur un soldat étendu mort. Cette femme, en colère, nous dévoile l'inutilité de la guerre où tant d'hommes sont morts. Il est bordé de deu bas-reliefs en bronze. Devant le monuments aux Morts, une stèle dédié au Commandant Louis Daudré, victime, lui, de la Seconde Guerre Mondiale.

  • 9. Musée Alfred Danicourt

    Le musée est situé au deuxième étage de l'Hôtel de Ville. Inauguré en 1877 par son fondateur et mécène Alfred Danicourt, ancien maire de Péronne, archéologue amateur et grand collectionneur. Seul musée du département à être entièrement pillé puis détruit pendant la Première Guerre Mondiale : 98% de ses collections, sauf les collections numismatiques, sont perdus entre 1916 et 1918.

  • 10. Musée et Mémorial Sud-Africain

    Le musée et le mémorial rendent hommage aux soldats sud-africains qui connurent leur baptême du feu dans le bois Delville rebaptisé "Devils'Wood", le bois du diable.

  • 11. Cimetière et Chapelle du Souvenir Français

    Le cimetière de Rancourt est le plus grande nécropole française du département de la Somme. D'une superficie de 28 000 m2, 8566 soldats y reposent dont 3 223 dans l'ossuaire. La commune est une des rares à accuillir trois cimetières : français, britannique et allemand. A l'automne 1916, les soldats français épuisés, se heurtent contre le bois de Saint-Pierre-Vast. Parmi eux, sous-lieutenant au 94ème RI.

    Sa famille, originaire de la région, érigea la Chapelle du Souvenir Français à la mémoire de ce fils et de ses camarades tués le 25 septembre 1916. Depuis le Souvenir Français gère l'animation du Mémorial.

     

Le Chemin des Automitrailleuses - Départ de la commune de Curlu

Distance Point de départ:

> Itinéraire vers le point de départ

3h20, facile, 9.934 km(s)

ajouter à mon carnet de voyage

1. Votre parcours débute à la mairie de Curlu, très beau village encaissé dans la vallée. Du totem, prendre à gauche, puis à droite la rue de la Place. Tourner à gauche  rue de la Vigne. Continuer jusqu’à la sortie du village au n°38.


2. Prendre le petit chemin sur la droite avec vue sur les étangs. Longer un petit bois sur la gauche puis la plaine avant d’arriver à un cimetière britannique puis à une ferme. Admirer le pigeonnier.


3. Prendre à droite la rue des Auges puis à gauche. Traverser le village. Longer les étangs.


4. Aller jusqu’à Monacu. Au cédez-le-passage, prendre à droite. Entrer dans Feuillères, longer les marais, passer deux ponts fixes puis un pont mobile. C’est à Monacu, le 30 juillet 1916, que pour la première fois lors de la bataille de la Somme des automitrailleuses (ou autocanons) ont été utilisées pour libérer la commune. Elles étaient montées sur des châssis Renault ou Peugeot.


5.Tourner tout de suite à droite. Emprunter le chemin de halage herbeux. Le parcourir pour arriver à Frise.


6. Arrivé à Frise, passer le pont sur la Somme. Remonter le village avant de pénétrer la plaine et le fond de l’Ile puis longer l’étang de Fargny. Passer les deux


passerelles sur l’étang de Fargny, et les deux ponts en briques.


7.Aller tout droit puis tourner à droite. Traverser Fargny puis dirigez vous tout droit vers Curlu, parcourir la rue du Four puis remonter par la gauche vers votre point d’arrivée. Sur les hauteurs de Fargny, se trouve le lieu dit “le Chapeau du Gendarme”. De là, la vue sur la vallée de la Somme est magique.


 

Commentaire(s)

note : aucune

Soumettre un commentaire

votre pseudo*

votre email*

titre de votre commentaire*

votre commentaire*

note*

Combien font 6 + 12 ?*